A DREAM COME TRUE

Ça fait si longtemps que je ne suis pas passée par ici. Ça m’a beaucoup manqué. J’ai tellement de choses à vous dire que je ne sais pas par où commencer. Pourquoi pas: “mon rêve s’est réalisé”?

Hi. It’s been a long time since I talked to you guys. I’ve missed it so much. I have so much to tell you, I don’t know where to start. How about: “my dream came true”? Yeah, that sounds nice.

Le 3 mars 2018, j’ai reçu ma lettre d’admission dans une université américaine.

On March 3, 2018: I received my admission letter. I got into college. Like, college in the US. College in America. ISN’T THAT INSANE?!

J’ai d’abord été prise à l’université du Colorado à Boulder, puis à Fordham University à New York et enfin Boston University à Boston. J’ai été mise sur liste d’attente par l’université de Washington à Seattle (UW), l’université de Californie à Los Angeles (UCLA) et l’université de New York (NYU). Et j’ai été refusée par l’université de Californie du Sud (USC).

I first got into CU Boulder, then Fordham University (with a scholarship!!!!), and finally Boston University. I was waitlisted by UW, UCLA and NYU. Also, I got rejected from USC, but tbh, who didn’t?

J’aurais aimé vous dire que j’ai appris la nouvelle comme on peut voir sur Youtube: préparée, connaissant la date de ce jour J, entourée par ma famille, la caméra pointée sur l’écran. Mais la réalité, quand on est un étudiant international, c’est que la plupart du temps, on tâtonne (pour ne pas dire on galère) pour comprendre ce qu’il se passe. Alors voilà, j’étais au ski avec ma famille, et il n’y avait quasiment pas de réseau. Collée à la porte de notre appartement, j’essayait désespérément de récupérer mes mails. L’un d’entre eux disait qu’il y avait eu un changement au statut de mon dossier. Au début, j’ai vu que des documents manquaient, et j’ai commencé à stresser (pour changer). Mais au bout d’un moment, j’ai réalisé que la fac me demandait de nouveaux documents, des documents qui n’étaient pas nécessaires au dossier au départ. Des documents que l’université ne demande que si l’on a été accepté. C’est là que j’ai réalisé qu’il y avait une lettre en haut de la page. Assise dans le hall de l’immeuble, entre les casiers à skis et le télésiège, j’ai commencé à la lire. Je l’ai ensuite relue, à voix haute cette fois ci, pour être sûre d’avoir bien compris. Pour être sûre que c’était bien réel. Et j’ai commencé à crier. J’ai couru dans l’appartement et ma mère a compris à la surprise et la joie dans mon regard ce qu’il venait de se passer. Elle m’a prise dans ses bras et on s’est toutes les deux mises à pleurer comme pas possible.

Pour moi, c’était la fin de deux ans de vacances et nuits entières à travailler, deux ans d’angoisse et de sacrifices, deux ans à espérer sans cesse et à se demander constamment si ca allait marcher. C’était mon rêve qui devenait réalité, mais c’était aussi quitter ma famille. Ce moment, c’était la fin des hypothèses et le début d’une nouvelle vie. Ce n’était pas filmé, mais je crois que de toute manière, aucun angle, plan ou musique n’aurait pu permettre de comprendre complètement ce que je ressentais.

I wish I could tell you that it was just like in movies or Youtube videos. That I was prepared, surrounded by my family, with a camera facing my computer’s screen. But let’s be real, when you’re an international student, you’re always kind of lost and confused when it comes to the admission process. You’re never fully prepared for what’s coming. So I was in the mountains with my family, and there was little to no service out there. But I got an email saying that there had been an update to my application status. At first, I saw that there were documents missing, so I started to freak out. But then I realized that the school was asking for additional documents, documents that weren’t part of the application. Documents that you’re asked to provide when you are admitted, because they’re required to get a student VISA. And then I realized there was a link to a letter, at the top of the page. I was sitting in the hallway of the building and I could see the snow outside the window. I read the letter, twice, out loud, to make sure I got it right. I started screaming and when I got back into the apartment, my mom was standing right in front of me. She understood what had happened from the look of utter surprise, happiness and disbelief on my face. We both started hugging and crying and my mom kept saying: “You did it. I’m so proud of you.” 

To me, it was the end of two years of spending nights and school breaks studying, two years of anxiety and sacrifices, two years of hoping and wondering if it was ever gonna work. It was my dream turned into reality, but it was also knowing I was really leaving my family. This moment was the end of all the what ifs and the beginning of a new life. It wasn’t recorded, but I think that no angle or music in the background could have fully represented how I was feeling.

Et ça, ce n’était que pour la première fac. Mais c’était la première, et je savais alors que je partais de toute façon. Mais je ne vous raconte pas quand j’ai su que j’étais prise a New York, avec une bourse (il faut savoir que les bourses sont quasiment impossibles à obtenir pour les étudiants internationaux, surtout en premiere année), une bourse qui n’était accordée qu’aux 1% des meilleurs de l’université. Enfin, le jour des résultats pour Boston University, j’ai cliqué sur mon compte avec peu d’espoir, me disant que ce serait génial si j’étais prise, mais qu’il y avait quand même de grandes chances que je sois refusée. J’ai cru que mon coeur allait s’arrêter quand j’ai vu que j’étais prise. Encore une fois, j’ai fondu en larmes, et dansé et crié pendant près d’une demie heure. Pour vous donner une idée, le taux d’admission était de 22%, et il y avait plus de 64 000 candidats. C’était presque impossible. Mais il fallait avoir le cran de tout miser sur le “presque”.

And that was just for the first admission decision. Of course, it was kind of the most important one, since it meant I would be going to the US anyway. But CU Boulder, as amazing as it is, was only one of my safety schools. So imagine how happy I was when I got the admission decisions for the two other schools. When I realized I had gotten A FREAKING SCHOLARSHIP to Fordham University in New York, I was ecstatic. Especially since scholarships are almost impossible to get when you’re an international student and a freshman. This one was awarded to the top 1% of the admitted students. Not gonna lie, I felt pretty damn special. I still failed my math test the day after that, but it didn’t mean a lot after these news. On the day of this math test, I got some more insane news. I was logging into my BU account, convinced I would never have gotten in, hoping for the best but not very optimistic, and then I saw the usual “Congratulations” at the top of the screen and my heart legit stopped. I cried so much and danced for half an hour. I mean, the admission rate was 22%, and there were over 64,000 applicants. I had reasons to be surprised to be admitted. It was almost impossible. But I was right to bet on the “almost” part.

Je crois que ce que j’ai préféré dans ces moments où j’ai appris que j’avais été prise à la fac, c’est l’annoncer à toutes les personnes qui m’avaient encouragée et soutenue pendant si longtemps. Amis, famille, mentors, profs. Leurs réactions étaient toutes plus incroyables que les autres. Les gens ont réellement pleuré, au téléphone et dans la vraie vie. C’était dingue. Et je me suis rendue compte que quand on a des gens comme ça autour de soi, on ne les perds jamais, qu’importe la distance. J’étais vraiment heureuse de pouvoir partager ce moment de bonheur aussi intense avec mes amies avec lesquelles j’avais vécu des choses si tristes auparavant. Après tant d’années à se serrer les coudes, le fait d’être prise à la fac et de voir par la suite mes amies avoir leur bac avec de super mentions et surtout partir elles aussi à l’université m’a vraiment bouleversée. Réaliser tout le chemin qu’on a parcouru ensemble, c’était encore plus incroyable que de célébrer notre réussite individuelle.

I think my favorite thing about getting into college was telling all my friends about it. Seeing the people who had supported me and cheered me on for so long crying when hearing the news was beyond moving. A lot of these people were friends that I have known for years, and with whom I went through difficult times in my life, so it was even more magical to celebrate my accomplishments (and theirs as they also graduated and got into the schools they wanted to go to) after sticking together when it felt like the world was against us. I feel very blessed to have such wonderful people by my side, and I know that I will never lose them, no matter the distance between us. We’ve already planned to Facetime each other super often and some of my best friends are actually coming to see me in the US very soon! 

Je leur ai déjà écrit une lettre pour les remercier, mais j’aimerais raconter quelque chose que je n’ai raconté qu’à ma mère avant. Quand je suis allée a mon entretien pour obtenir mon VISA, j’étais tellement, tellement stressée. Je n’avais pas réussi a dormir (pour changer, encore une fois). Je me disais: “et si je ne l’ai pas, je fais quoi? Tout ça n’aura servi à rien et le rêve s’arrêtera là”. Evidemment, ce n’était que mon anxiété qui me jouait des tours, et j’ai obtenu mon visa sans problème. Mais dans le métro, en route pour l’ambassade, alors que je peinais à respirer, j’ai pensé à toutes ces personnes qui étaient de mon côté. Et comme Harry Potter qui fait apparaitre les morts avec la pierre de résurrection, j’ai visualisé mes amies dans le wagon, avec moi. Je les ai imaginées dans cette rame, en train de me rassurer, de rire, et quand je suis sortie, j’avais l’impression de mener une armée. Je sentais la présence réconfortante de mes amies, leur énergie positive, leur gentillesse et leur confiance en moi. Et je crois que sans elles, j’aurai paniqué avant d’entrer dans l’ambassade. Sans elles, je n’aurais pas tenu. Je ne serais pas allée aussi loin. Pour moi, ce n’est pas ma victoire, c’est notre victoire à toutes. Et ce sont des personnes que je vais revoir, car plusieurs viennent me voir l’année prochaine (dans deux mois en fait), et je parle avec les autres tout le temps. Ces amies, c’est à la vie, à la mort (oui, c’est niais, mais aujourd’hui je me réserve le droit de forcer un peu).

I’ve already written a letter to thank all my friends a few months ago, but I’d like to tell you guys something that I know my friends are going to read too. I was extremely anxious on my way to my VISA interview. I didn’t get much sleep the night before and I was feeling so overwhelmed in the subway on the morning of the interview. But then I decided to do the same thing as Harry Potter in the Deadly Hallows: picture all the people that I loved and that weren’t with me at the moment (which is something he does with the Resurrection Stone – well, in that case the people are actually dead, so it’s not exactly the same thing but you get what I’m saying). And when I visualized all of my friends smiling and encouraging me, right next to me, I was able to breathe again. When I got on the street, I felt like I was leading an army. I felt the presence of my friends and their positive energy gave me all the strength I needed to get through this day. Without them, I wouldn’t have made it. And I’m not just talking about this particular day, I’m talking about the general process of applying to college. To me, getting into college is not my victory: it is our victory. We did it together.

Je n’ai pas les mots pour décrire ce sentiment de soulagement et de fierté et de joie plus forte que tout. Après des années à supporter toutes les critiques et les doutes de ceux qui ne croyaient pas en moi et en ce rêve, j’ai enfin réussi. J’ai été prise à l’université. Et pas n’importe quelles universités: les trois sont dans le top 100 au classement US News (je m’en fous si ça sonne prétentieux, je suis juste trop, trop fière).

To be honest, I am still on cloud nine. It still feels so surreal.There are no words to describe that feeling of relief and pride. After years of putting up with all the criticism aimed towards me and this particular dream, I proved all my haters wrong and finally got into college. And not any college: the three universities I got into are ranked among the top 100 universities in the US News ranking. I know it sounds a bit pretentious, but I’m just very proud of what I have accomplished, I really don’t mean to throw shade at other people who got into unranked schools or anything. 

Je suis incroyablement reconnaissante et honorée de vous annoncer que je serais étudiante à Boston University à partir de cet automne. Et bien sur, je vous emmène avec moi pour cette nouvelle aventure. La vie est vraiment dingue, et je suis bien déterminée à profiter de chaque moment à la fac. Je suis juste tellement heureuse.

I am incredibly grateful and honored to announce that I will be attending Boston University this Fall. Now I get to take you guys with me on this new adventure. Life is crazy and I am determined to enjoy every moment in college. God is good and I’m just very happy.

Je ferai plus tard un autre post pour expliquer plus en détail comment j’ai été acceptée à l’université, mes conseils et astuces pour y arriver aussi si vous souhaitez vous lancer dans cette aventure, et bien sûr vous pouvez toujours m’envoyer un message si vous avez la moindre question par rapport à tout ça ! Pour l’instant, je voudrais juste vous dire que vous pouvez accomplir quoi que ce soit à condition d’être dans le bon état d’esprit.

I am going to make another post later about my entire story and how I got into college, my tips and tricks to make what feels impossible happen. But for now, I’ll just say this: you can do anything you set your mind to.

J’espère que vous êtes prêt(e)s pour une tonne d’articles sur ma nouvelle vie aux Etats-Unis. J’ai vraiment hâte de partager tout ça avec vous et j’espère toujours vous inspirer à viser la lune. Prenez soin de vous et on se retrouve très bientôt pour un nouvel article.

I hope you guys are ready for a ton of blog posts about my new life in the United States. I, for one, cannot wait to share this with you and I hope to always inspire you to reach for the stars.

Avec tout mon amour/With all my love,

xo, Ari.

Follow:

4 Comments

  1. August 17, 2018 / 7:13 pm

    Wahou c’est génial!! Bravo ma belle! Quelle super nouvelle! Eclate toi bien aux USA <3

    • Happiness Shipper ♡
      August 17, 2018 / 11:32 pm

      Merci beaucoup!!! J’ai trop hate de poster depuis Boston haha! ♡

  2. kalli
    August 21, 2018 / 5:59 pm

    Bonne chance ma chère filleule ! J’attends que tu m’envoies tes coordonnées… et ton numéro de mobile… viber ou skype? bon voyage et donne des nouvelles… se filo ! K.

    • Happiness Shipper ♡
      September 12, 2018 / 6:49 am

      Merci beaucoup! Dis moi où t’envoyer mon numéro de téléphone!
      Bisous de Boston♡

Leave a comment